9 septembre 2021

Électrochoc n° 1

Thierry Gauthier


Achat de billets

19h30 Conférence / 20h Concert 



Artiste multidisciplinaire prolifique et éclectique, Gauthier se démarque par sa polyvalence et les techniques expérimentales qu’il emploie. Sa démarche préconise l’imposition de contraintes et le développement de nouveaux processus. Thierry Gauthier sculpte le son, le triture de façon évolutive et explore le timbre et ses valeurs spectrales intrinsèques. Il fouille les microstructures et fait jaillir de la matière sonore des qualités inattendues. En image, il élabore une hybridation de plusieurs techniques dont l’animation, la pixilation et la réalisation d’images composites. Par la multiplicité des strates de matériaux visuels et sonores, ses œuvres riches et denses représentent souvent une transposition de la réalité qui révèle une multitude de sens que les auditeurs et auditrices peuvent librement interpréter.


Site web



30 septembre 2021

Soundwich
n° 1



19h30 Conférence / 20h Concert


La série des Soundwich est une initiative des étudiant-e-s du conservatoire dont l’objectif premier est de fédérer, le temps d’un concert, de jeunes compositeurs et compositrices qui proviennent autant des institutions universitaires que du milieu « underground » expérimental de la scène montréalaise. De belles surprises sont toujours au rendez-vous !




Marie Anne Bérard

Marie Anne Bérard (elle) est une compositrice, pianiste et étudiante au Baccalauréat en musiques numériques à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse principalement aaux musiques électroacoustique et mixte, de même qu’aux arts performatifs. Sa pratique se concentre sur le traitement sonore en direct, le design sonore et les relations à créer entre musiques instrumentale et électronique. Elle souhaite représenter les infinités sonores de son univers intérieur et donner à l’auditeur.trice les sentiments que l’on a quand on est en train d’accomplir des choses que l’on aime.

Programme
1. Éphémérides (12’00’’)
Peut être un ouvrage qui énumère les événements arrivés le même jour de l’année à différentes époques. Elles répertorient aussi des valeurs astronomiques variables comme le lever et le coucher du soleil, les phases de la lune et les marées. Une éphéméride désigne tout ce qui se passe au quotidien et les événements marquants de cette journée.

Fascinée par ce mot, j’ai réalisé des improvisations électroniques quotidiennes et des prises de son de ce qui m’entoure pour créer des éphémérides sonores à chaque jour. Chacune d’elles est déclenchée et manipulée en temps réel durant cette performance. À l’aide de la synthèse concaténative, elles interagissent les unes avec les autres, tout en faisant partie de l’éphéméride qui se crée devant nous.

Éphémérides est un journal sonore à feuilleter avec les oreilles, où le passé interagit avec le présent.

2. La déboussole (5’35’’)
Une boussole nous aide à nous situer entre les quatre points cardinaux. Elle pointe le nord, et ainsi on ne cherche pas notre chemin.

En certaines occasions, la boussole perd la carte. Elle ne s’aligne plus avec le champ magnétique de la planète, se transforme en déboussole et nous déstabilise assez pour qu’on en perde le nord.

Parfois, une déboussole est le plus beau des accidents.




Alexis Blais 

Compositeur et pianiste basé à Montréal, Alexis Blais étudie la composition électroacoustique au Conservatoire de musique de Montréal avec Louis Dufort. Son approche allie une écriture modale et matériologique ainsi qu’une reconsidération des possibilités instrumentales à travers le paradigme électroacoustique.

Programme
1. Jardin-forage (9’09’’)
Né de la manipulation de deux groupes de matériaux aux morphologies opposées, Jardin-forage met en scène sept instrumentistes (flûtiste, violoncelliste, claveciniste, percussionniste, contrebassiste, pianiste et tubiste) formant par des moyens électroniques un orchestre de chambre utopiste. L’écosystème modal se voit bousculé par l’arrivée de masses accumulatives bruitées venant altérer l’équilibre précaire régnant jusqu’alors. Jardin-forage est une réflexion sur des corps en réaction, une abstraction en dérèglement contrôlé.


2. Création (10’23’’), 2021


Dominic Walther-Battista


Dominic Walther-Battista fait de la musique depuis qu’il a 7 ans. Il débuta par le piano, et vers l’âge de 17 ans, il se tourna vers la musique électronique, ce qui le mena vers des études en électroacoustique à l’Université Concordia, à Montréal. Aujourd’hui, il produit et mixe en solo sous le nom de Eius Echo, ainsi que pour plusieurs artistes dont Xela Edna.

Programme
Anxiety 
(9’22’’)
Ce morceau explore les effets causés par l’anxiété en plus d’exprimer sa manière d’apparaître et de se développer à travers le temps.







25 novembre 2021
Électrochoc n° 2

Joël Lavoie et Émilie Payeur



19h30 Conférence / 20h Concert 


Akousma en collaboration avec le Conservatoire de musique de Montréal

Émilie Payeur

Émilie Payeur vit et travaille à Montréal, Canada. Elle est une artiste multidisciplinaire, principalement active en musique expérimentale et en arts visuels. Souvent décrite comme étant minimaliste et parfois harsh, sa musique est principalement basée sur la technique du no-input et la prise de risque. Dans son travail visuel, elle s’intéresse d’une part aux traces qu’elle perçoit comme des vestiges d’évènements ou d’actions passées et d’une autre part à la notion de sacré, au rituel et à la transcendance. Titulaire d’un diplôme de maîtrise en composition de musique électroacoustique de l’Université de Montréal, son travail a été présenté et récompensé au Canada et à l’international. Parallèlement à sa carrière artistique, elle étudie le monde fascinant de l'herboristerie.

Programme
« En utilisant la technique du no-input et des mini synthétiseurs Lo-fi, je souhaite créer un paysage horizontal peuplé d’apparitions organiques. Une pièce minimaliste basée sur des feedbacks et des détails à peine perceptibles. »


Site web / Extrait


Crédit photo: Mathieu Robillard


Joël Lavoie

Joël Lavoie est un compositeur et artiste sonore basé à Montréal/Tiotia:ke, Canada.

Ses explorations musicales naviguent dans les eaux troubles du subconscient individuel et collectif. En déjouant l’anecdotique de paysages sonores réel dans des assemblages complexes et texturés, l’auditeur se trouve au beau milieu d’un univers doux et intense voguant librement dans les evocations subliminales. Explorant les thèmes du souvenir, de l’ailleurs et de l’introspection, il nous encourage a prendre une pause, une remise à zéro, un abandon complet pour une redécouverte de soi. Une musique minimaliste dans la forme, maximaliste dans sa complexité timbrale, elle questionne les codes usuels de perceptions et d’appréhension. Il a sorti un album | Absolument | (2015) sous l’étiquette montréalaise KOHLENSTOFF, Cabines sur Jeunesse cosmique (2018) et Souvenir. (2020) sur Microklimat. Il fait aussi parti du trio audiovisuel mesocosm avec Philippe Vandal et Emma Forgues.

En parallèle à sa pratique de musicien et concepteur sonore pour le théâtre et la danse, il poursuit sa carrière comme ingénieur du son pour les arts de la scène. Parmi ses collaborateurs on peut compter : Marie Béland, Alexa-Jeanne Dubé, La Fratrie, Cirque l’envers, La 2ieme porte à gauche, Audrey Rochette, Émile Pineault, Mykalle Bielinsky, Claudel Doucet et Sébastien b. Gagnon. Il a eu l’occasion de performer au Canada, en Pologne,  en France, en Lituanie, en Allemagne, au Royaume-Uni, en Suède et au Mexique sur diverses scènes contemporaines.


Site web


Crédit photo: Geneviève Grenier




Électrochoc n° 3

REPORTÉ À L’AUTOMNE 2022


Maxime Corbeil-Perron



Akousma en collaboration avec le Conservatoire de musique de Montréal

Malheureusement, nous devons vous annoncer le report du concert Électrochoc programmé le 27 janvier 2022 au Conservatoire de musique de Montréal. C’est à l’automne 2022 que nous pourrons vous présenter ce concert consacré au compositeur Maxime Corbeil-Perron. Les deux derniers concerts de notre série présentée en codiffusion avec le Conservatoire de musique de Montréal sont prévus en mars (Soundwich nº 2) et en avril (Pierre-Luc Lecours), et nous avons bon espoir de pouvoir vous les présenter.



Maxime Corbeil-Perron est un artiste montréalais dont la qualité de l’œuvre a été soulignée par de nombreux concours, médias et festivals internationaux. Sa pratique artistique se déploie dans une multiplicité de médiums : performance audiovisuelle, cinéma expérimental, composition électroacoustique, improvisation, art sonore et installation. Ses œuvres actuelles présentent une approche liée à l’archéologie médiatique, dans lesquelles il cherche à établir des rapports entre l’obsolescence médiatique et les technologies contemporaines, à la recherche de nouvelles possibilités esthétiques.  


Site web /︎


Crédit photo: Rémy Ogez (2019)




17 mars 2022

Soundwich XIV



19h30 Conférence / 20h Concert


Akousma en collaboration avec le Conservatoire de musique de Montréal

La série des Soundwich est une initiative des étudiant-e-s du conservatoire dont l’objectif premier est de fédérer, le temps d’un concert, de jeunes compositeurs et compositrices qui proviennent autant des institutions universitaires que du milieu « underground » expérimental de la scène montréalaise. De belles surprises sont toujours au rendez-vous !




Côté/Jasmin

Jeanne Côté est une violoniste passionnée de musique de chambre et de musique contemporaine. Elle est membre du Quatuor à cordes Andara, l'ensemble en résidence junior de l'Université de Montréal et fait partie d’une équipe de recherche, partenaire de ACTOR Project, qui se penche sur la perception du musicien. La musicienne travaille en tant que pigiste dans quelques orchestres de région au Québec et enseigne le violon à la Coopérative des professeurs de musique de Montréal, ainsi qu'à l'école Joseph-François-Perrault. Elle est cofondatrice des Apprentis de la Musique Improvisée, un organisme qui offre des ateliers d’improvisation pour les jeunes.


Dominic Jasmin est un improvisateur et compositeur électroacoustique vivant à Montréal. Sa musique se situe aux frontières de la musique actuelle et de la musique acousmatique, mélangeant la nature accidentelle et imprévisible de l'improvisation aux techniques électroacoustiques pour créer une musique qualifiée de « bruit avec une forme » ou «expressioniste-maximaliste ». Il travaille principalement à partir de prises de son d'objets transformées auxquelles s'ajoute des synthétiseurs physiques, de la guitare et de la voix. Il a joué à Toronto, Calgary, New York, Vienne, Berlin, en Italie et au Royaume-Uni.

Programme
1. Belle musique (15’ à 20’)

Improvisation libre avec autant de variétés qu’une boîte de tisanes.


Jeanne Côté

Dominic Jasmin

Olivier Arsenault

Olivier Arsenault est un jeune compositeur originaire de Châteauguay. Il a étudié la création avec Michel Tétreault au Cégep de St-Laurent et est présentement étudiant au Conservatoire de Musique de Montréal en composition électroacoustique auprès de Louis Dufort. Son style et sa démarche artistique sont marqués par des réflexions conceptuelles et formalistes.

Programme
1. Larsen contrôlé, 2021-2022 (12’)

Comme le nom le propose, Larsen contrôlé est une performance de “No Input” et plus précisément de feedback. La pièce ne comporte donc aucun fichier audio et est entièrement générée grâce à l’effet de larsen obtenu par différents microphones placés dans la salle. La performance se divise en deux parties. La première, à la console, est grandement inspirée d’un orgue d’église sur lequel l’interprète doit tirer différents jeux afin de modifier et façonner le son qui résonne dans une grande salle. La deuxième, à l’avant, est construite à partir d’une chorégraphie entre deux microphones et plusieurs haut-parleurs ajoutés à l’acousmonium du Conservatoire. Les deux parties cherchent à se complémenter dans leurs sonorités et leurs déploiements énergétiques.

Olivier Arsenault

Joseph Sims

Joseph Sims is an emerging electroacoustic composer who specializes in multichannel composition and sound design for visual media. His work acts as an amalgamation of sonic styles, exploring the relationships between found sounds and synthesized environments. With roots in folk music, his compositional approach remains grounded in intuition and narrative, emphasizing the experiential and kenetic possibilities of sound organization. A background in visual arts has led to a keen interest in multidisciplinary projects, which is expressed through frequent collaboration with animators, film makers, and artists. He is currently completing a degree in Electroacoustic Studies at Concordia University.

Programme
1. On Lines Physical (9’ 20’’)

On Lines Physical is a collaborative composition between sonic composer Joseph Sims and craftsman (physical composer) Maxwell Sims. The piece utilizes temporal rhythms that occur during Maxwell’s sewing process to define both its micro and macro structures. Handicraft relies on a series of highly refined movements. Much like a written signature, the rhythmic nature of these movements is unique to the sequence being performed, and the individualperforming them. By drawing a connection between physical sequences and compositional form, the piece highlights the performance of craft as a vessel for individual skill and identity. Beyond this subject specific lens, the relationship between maker and process is exercised through sonic aesthetics. Contrasts between creative flow and frustrated interjections continually define the development of the timeline, speaking to the complex nature of labor and creativity.


Joseph Sims

David Piazza

David Piazza est un compositeur et étudiant au baccalauréat en musiques numériques à l’Université de Montréal. Sa passion pour l’acousmatique et le temps réel le pousse à envisager les modalités d’une hybridation des formes et d’une convergence possible de leurs potentiels d’expression.

Programme
1. Catoptromancie, (David Piazza, 2021, 6’ 35’’)

Miroirs déformants, miroirs infinis : Catoptromancie est une exploration du monde sonore d’un seul et unique élément. Par la couleur et la cinétique s’installe l’équivoque. Multipliée, tordue, morcelée; la matière foisonne puis se désorganise, jusqu’à la dégradation totale de son anecdote.

2. Dreamarena, (Adrian Moore, 1996, 13’ 13’’)
Dreamarena is the second in a proposed series of ‘abstract’ works (of which Junky is a part). Whereas Junky has a clear form and simple melodic and harmonic structures,  Dreamarena reverts back to more abstract electroacoustic material, shaping form continuously and using gesture as the primary means of communication. As the titlesuggests, the work presents a ‘dream arena’ where the listener is flying/observing.


David Piazza